Aujourd'hui petite balade dans le village médiéval de Roquebrune. Le vieux village est perché au dessus de la grande corniche. Il est dominé par une forteresse carolingienne que nous n'avons malheureusement pas pu visiter car ils faisaient des travaux cette semaine-là. Pas de chance ...

ROQUEBRUNE 236

 

Les vieilles rues, au passé chargé, ont été bien restaurées. Les maisons sont en général très hautes et les façades sont souvent très colorées. En cette saison, pas beaucoup de touristes, ce qui nous a permis d'arpenter ces ruelles tranquillement.

ROQUEBRUNE 237

Beaucoup d'escaliers encore ici, comme dans la plupart des villages de l'arrière pays.

ROQUEBRUNE 240

L'église Sainte Marguerite du 13ème siècle. Pas de chance, elle n'est ouverte que de 15 h à 17 heures. Nous avons trouvé porte close !  Nous n'avons donc pas pu voir la copie du Jugement dernier de Michel Ange de la chapelle Sixtine, réduit 54 fois. Ce sera pour une autre fois !

 

ROQUEBRUNE 242

Beaucoup de maison sont "traversées" par des ruelles en espalier, avec de longs passages voûtés. On voit bien que nous ne sommes pas loin de l'Italie !

ROQUEBRUNE 243

 

De très vieilles maisons dans le centre, avec des façades en pierres, ou peintes de couleurs vives.

 

ROQUEBRUNE 245

Dans une ruelle, un porche avec de vieilles poutres.

 

ROQUEBRUNE 248

Tout en haut du village, une belle vue sur les toits et les collines environnantes bien verdoyantes.

 

ROQUEBRUNE 252

L'entrée du château que nous n'avons malheureusement pas pu visiter. Il a été construit aux alentours de 970, par le comte de Vintimille, puis il a été acquis par un Grimaldi au 14ème siècle. Il a été ensuite racheté par 5 habitants de Roquebrune, aux enchères, et pour une misère parait-il !

Pour la petite histoire, sachez que du 14ème siècle à 1793, Roquebrune et Menton dépendaient de la Principauté de Monaco. Après un rattachement à la France, la Principauté fut placée sous la tutelle du roi de Sardaigne en 1814. Beaucoup de crises économiques, de famines, de rebellions. Monaco à cette époque là, était très pauvre. Et en 1860, à la suite d'un référendum, les Roquebrunois décidèrent de leur rattachement définitif à la France. Il parait que certains le regrettent amèrement ....

Prochain article : les vieux villages de Eze, Ste Agnès et Peillon