Nous avons donc quitté la Gaspésie,  et nous voici maintenant à RIVIERE DU LOUP, une ville d'environ 20 000 habitants située au confluent de la rivière du même nom et du Saint-Laurent,   à environ 200 kms au nord-est de Québec. La ville est érigée sur une série de plateaux qui s'élèvent sur une altitude de 200 mètres. Cette topographie accidentée en escalier explique la présence de plusieurs chutes spectaculaires sur la rivière du Loup, et en plein centre ville. Impressionnant ... Ces chutes ont été exploitées dès le 19ème siècle pour la production d'énergie. Sur la photo ci-dessous on voit d'ailleurs sur la droite une centrale hydraulique. Nous avons emprunté la passerelle qui est tout en haut, et je vous garantis que c'est impressionnant de voir cette masse d'eau qui tombe !

photo 71

Nous avons quitté Rivière du Loup est nous sommes "descendus" vers Beaupré, qui se trouve à une quarantaine de kms au Nord-Est de QUEBEC. La ville par elle-même n'a rien de bien intéressant, mais nous sommes allés "faire" le Canyon des chutes Sainte-Anne (je vous le disais, des chutes, nous en avons fait pas mal dans le coin, on aime ça !). Elles sont hautes de 75 m. Des passerelles permettent de traverser le canyon à différents niveaux.

Je vous met ci-dessous la publicité du site, qui vous permettra de voir le circuit que nous avons fait (durée de la balade : environ 3 heures, au milieu d'un décor vraiment extraordinnaire.)

 

pub canyon ste anne

 

photo 78

Ci-dessus, photo de la passerelle du bas, pas très haute. Là, pour l'instant, cela allait pour le cousin Jean-Paul. Vous vous souvenez qu'il a le vertige. Donc il a traversé vaillamment, sans regarder la rivière bien sur ! Mais il angoissait quand même, car il savait que là-haut, ce ne serait pas pareil !
photo 79

Heureusement que les sentiers étaient bien protégés par des grilles assez hautes, afin d'éviter les accidents, car un plongeon dans ces chutes doit être fatal pour les imprudents !photo 80

Tout le long des sentiers, des coins bien aménagés pour casser la croute ! Dommage, nous n'avions pas prévu d'amener notre pique-nique dans nos sacs à dos.

 

photo 81

Ouah ... et vas y que ça filme, que ça photographie !  Nous avons bien profité des plates-formes installées tout le long du parcours pour immortaliser notre visite !

 

pont canyon st anne

Et voilà la passerelle de la discorde !!! Ben oui, c'était la dernière, tout là-haut, près des chutes. Jean Paul bien sur, en voyant "la chose" n'a rien voulu savoir. Pas moyen de lui faire mettre un pied sur la passerelle, il en était vert rien que d'y penser. Il nous a donc dit qu'il revenait au point de départ par le même chemin que celui que nous venions d'emprunter. Nous voilà donc partis tous les trois pour traverser le canyon.

Sur la photo ci-dessus, vous voyez mon pauvre Guy accroché à la rampe de la passerelle car lui aussi a le vertige, avec Janine à côté qui discute, décontractée (c'est ça les femmes !!!). Derrière eux, on distingue bien un groupe de gamins qui devaient faire partie d'une colonie de vacances. Et tout d'un coup ces affreux jojos se sont mis à hurler et à sauter comme des fous, nous faisant tanguer dangereusement ! Inutile de vous dire que ma tendre moitié n'a pas demandé son reste, il était liquéfié ! Il a fait immédiatement demi tour, pratiquement à plat ventre, afin de retrouver la terre ferme, nous laissant Janine et moi continuer notre chemin ! Ce que nous avons fait bien sur, en riant comme des folles devant le courage de nos hommes ! L'épisode nous a longtemps fait rire ! (mais jaune pour certains !)

 

 photo 77

 Vue du canyon depuis la fameuse passerelle ! Effectivement si nous étions tombés, je ne serais pas là en train de rédiger mon "article" !

 

passerelle

 

J'ai encore scanné la première page de la pub du Canyon. On voit bien en bas la première passerelle, et tout en haut celle qui a fichu la frousse à nos hommes ! Effectivement, avec les gamins qui faisaient les zouaves, c'était un peu inquiétant !

photo 84

Tout à côté du Canyon  se trouve la petite ville de Sainte-Anne-de-Beaupré. C'est le "Lourdes" local, avec sa basilique en granit blanc de la région. Elle attire énormément de pélerins et de touristes nord-américains. C'est en 1658 que la première basilique a été construite, en bois, grâce à des pêcheurs bretons qui furent sauvés par leurs appels à la grand-mère de Jésus (Sainte Anne). Au début, elle était en bois, et elle fut détruite par un incendie. Elle vécut pas mal de péripéties par la suite, et la dernière "mouture" date de 1962. C'est celle-ci ...

photo 85

 La porte de la basilique est magnifique, toute en cuivre travaillé

 Bon, je vous avais dit que c'était le "reportage" des chutes ! Ben oui ... Il y en a plein au Québec ! Nous quittons donc Saint-Anne et nous filons vers la Chute de Montmorency, qui se trouve tout près de QUEBEC (à peine 8 kms)
photo 72

La chute par elle-même fait quand même 83,50 m, soit 30 m de plus que celle de Niagara. Le site a été exploité au maximum. On y trouve un téléphérique qui permet d'accéder au sommet. (Mais nous ne l'avons pas pris, ben oui, nous sommes sportifs !!! Et peut être aussi avons nous voulu économiser nos dollars canadiens, je ne me souviens plus au juste. Mais ... chut ! Ne dites rien)  Nous avons donc pris un sentier qui nous a fortifié une fois de plus nos mollets !

 

photo 73

 Vue d'ensemble de la chute avec à droite le sentier qui permet de revenir au point de départ (sentier avec ses 487 marches. J'aurais dû noter le nombre total de marches que nous avons gravies au Québec !)

photo 74

 Ah, là ... on redescend ! Ouf ...

 

photo 75

 

Et comme nous sommes persévérants, nous avons escaladé la chute avec nos chaussures de ski ! Oui, oui ... Nous avions prévu.
Non, bien sur, j'ai scanné une carte postale pour que vous voyiez la différence entre l'été et l'hiver. Incroyable, non ?

photo 76

 

Toujours une carte postale scannée ... C'est magnifique aussi en hiver, vous ne trouvez-pas ?

 

photo 82

 Bon, vous le savez, qui dit QUEBEC pense aussitôt au sirop d'érable  ! Nous nous sommes donc dit : "Pas question de quitter le pays sans voir une érablière !" Et hop ... direction l'Erablière du Chemin du Roy qui se trouve à Saint-Augustin de Desmaures, tout près de QUEBEC. Un sympathique guide nous a expliqué la récolte de l'érable dans ces bidons accrochés sur les troncs des arbres (mais j'avoue que j'ai un tantinet oublié ses explications, excusez-moi !). Nous avons quand même dégusté cet espèce de miel (je trouve que l'érable en a un peu le goût) sur des batonnets, comme des esquimaux, car le guide avait mis des pains de glace sur des tables, et mis à "figer" le sirop ! C'était délicieux.


photo 83

 Nous avons dîné sur place. Repas délicieux, à base d'érable vous vous en doutez bien : des oeufs brouillés, des saucisses à l'érable, des patés à la viande ... bref ce fut étonnant, mais très très bon, avec un mélange sucré-salé dont nous n'avons pas trop l'habitude à la maison, mais c'était excellent !

 

 

erabliere

 

 Et puis, et puis ... nous avons eu droit à une sacrée animation musicale, style "country" locale. L'animateur a mis une ambiance pas possible, et nous avons dansé comme des gamins pendant trois bonnes heures ! Nous étions en fin de soirée rouges comme des coqs, en nage, et épuisés, mais heureux comme des gamins (Il y avait d'ailleurs beaucoup de jeunes comme vous le voyez sur la photo. Qui sait, c'était peut être les affreux jojos qui ont failli nous faire basculer en bas de la passerelle de Montmorency !).

Puis il nous a fallu songer à aller dormir ! Le camping-car était garé sur le parking de l'érablière. Nous nous sommes renseignés auprès de l'animateur (que l'on voit sur la photo, avec son tee-shirt blanc), qui nous a dit : "Pas de souci, allez tout droit, à 2 kms vous verrez un petit lac avec un parking, où vous pourrez dormir "tranquilles", croyez moi ! ". Ouf .. Nous voilà partis sur l'endroit indiqué, et aussitôt au lit, nous nous sommes endormis comme des masses, épuisés par notre soirée d'enfer ! Mais une demi-heure après, nous avons entendu énormément de bruit ! Pas mal de motos sont venues se garer tout à côté du camping-car, et plein de jeunes se sont installés autour ! Avec des guitares et des harmonicas. Et pendant trois bonnes heures nous les avons entendus chanter à qui mieux-mieux des chansons de Goldman, Cabrel, Brassens ... Que des chanteurs français. Bizarre ... Nous n'osions pas rouspéter de peur de les mettre en colère et qu'ils nous passent à tabac, sait-on jamais ! Nous n'étions que 4 et eux une bonne quinzaine ! Nous les regardions en soulevant tout doucement les rideaux, et moi finalement, je chantais en même temps qu'eux, histoire de passer le temps, vu qu'il nous était impossible de dormir ! Ils ont levé le temps sur le coup de 5 heures. Ouf ... nous avons pu nous rendormir enfin, et pour une fois nous avons fait la grasse matinée jusqu'à 10 heures ! Mais c'est un souvenir qui nous a marqué. On en rit encore !

 

photo 87

 Là, je pense que cette photo (et la suivante) n'est pas à la bonne place, j'aurais dû la mettre à l'article précédent, car c'était à la fin de la Gaspésie, mais bon ... vous m'excuserez. Ces petites "cabanes" que vous voyez sont des maisons de pêcheurs. Elles sont entreposées pendant la bonne saison sur les rives du Saint-Laurent (ou des rivières du secteur). Dès que l'hiver arrive et que les fleuves sont gelés (mais avec une bonne couche de glace quand même !), les cabanes sont posées sur les fleuves. En leur centre, il y a un trou. Donc les pêcheurs trouent la glace, et tous les WE, ils arrivent avec vivres et cannes à pêche !

photo 88

 

Gros plan sur une de ces maisons de pêcheurs ! Il parait que l'ambiance est au top le WE, et ... que l'alcool coule à flot ... faut bien se réchauffer !

Bon, j'arrête pour aujourd'hui et vous donne rendez-vous pour aller visiter la ville de QUEBEC pour mon prochain article !

Merci de vos gentils commentaires qui me font toujours plaisir !