Et bien voilà mon dernier billet sur notre séjour en Haute-Savoie ! Et oui, une semaine, ça passe très vite. 
En revenant d'Annecy la veille, sommes passés près du plateau des Glières, et notre guide nous a parlé longuement de la Nécropole nationale des Glières à Morette et cela nous a vraiment interpelés. Aussi le lendemain nous nous y sommes rendus, et cette visite nous a particulièrement émus.

 

102_1565

Créé en Avril 1944 pour inhumer les maquisards tombés en ce lieu, ce cimetière recueille les corps de 105 résistants. Au lendemain des combats, l'occupant allemand veut enterrer les morts des Glières dans une fosse commune. Le maire de Thônes s'y oppose et souhaite qu'ils soient enterrés dignement.

 Dès le lendemain de la Libération, les Rescapés ont eu à cœur de faire vivre, non seulement la mémoire de leurs camarades disparus, mais aussi les valeurs dont ils se sentaient porteurs.

 

102_1568

 

 Un champ situé au lieu-dit Morette est choisi pour les enterrer. Au départ, les croix des tombes étaient en bois, mais elles ont très mal vieilli et étaient très abimées. Des croix en bronze ont alors été offertes par la Fonderie Paccard (fabriquants de cloches depuis .... 1796 !)

 

102_1589

En mémoire de leurs camarades, l'Association des Rescapés des Glières crée, en 1964, un musée à proximité de la nécropole. L'idée de départ était de rassembler en ce lieu tous les souvenirs et toute la documentation que les rescapés conservaient. Il est devenu musée départemental en 1978. Implanté dans un ancien chalet d'alpage datant de 1794, il permet de découvrir les périodes successives du second conflit mondial qui débute en 1939, jusqu'à la libération du département de la Haute-Savoie en août 1944. 

 

102_1590

Devant le Musée une jolie fontaine d'eau potable nous a permis de nous désaltérer car ce jour-là il faisait très, très chaud.

Résultat de recherche d'images pour "photo du plateau des glières"

A l'intérieur du Musée, j'ai été effarée, effrayée, par les photos qui étaient exposées. La plupart montraient des prisonniers qui étaient dans des camps de concentration en Allemagne. C'était horrible de les voir ainsi, exangues, squelettiques ... J'en avais les larmes aux yeux et j'en tremble encore. Je vous met juste ces deux photos, qui sont un peu plus agréables à regarder, et encore !

 

 Résultat de recherche d'images pour "photos du musée du plateau des glières"

J'ai aussi été impressionnée par le nombre d'Espagnols qui avaient fuit Franco, et avaient rejoints les maquisards français, pour les aider à combattre les Allemands. La plupart d'entr'eux sont décédés aux Glières, et ont été enterrés là-bas. Cela m'a vraiment émue.

102_1596

Une autre vue du chalet qui abrite le Musée. Le jour où nous y étions la visite était gratuite car deux salles étaient en travaux et nous n'avons pas pu y rentrer.

 

102_1603

 

A l'intérieur du Musée, une petite reproduction du Monument National de la Résistance qui se trouve au Petit Bornand-les-Glicières. C'est l'oeuvre d'Emile Gilioli qui a été inaugurée en 1973. Ce n'est pas un monument aux morts, mais un symbole d'espérance qui exprime l'engagement des combattants des Glières qui avaient choisi de "Vivre libre ou mourir". Malheureusement nous n'avons pas eu le temps d'y aller, et nous y retournerons la prochaine fois, car il y a aussi un sentier pédestre qui retrace l'organisation et la vie quotidienne des résistants durant cet hiver de 1944.

 

 

102_1605

Nous avons ensuite visité la Maison du Patrimoine au Grand Bornand. Visite vraiment plus gaie et réjouissante que la précédente ! Il s'agit  d'une véritable ferme traditionnelle datant de 1830, et elle a été habitée par des fermiers jusqu'en 1970 environ. La maison abritait la famille et les animaux. Elle témoigne de la vie paysanne et d’une économie traditionnelle de montagne, agro-silvo-pastorale, basée sur la culture de céréales, l’élevage et l’exploitation du bois. Cette maison était habitée à la mauvaise saison, de l’automne au printemps et occasionnellement l’été, pendant les foins. Les habitants et les troupeaux montaient en alpage durant l'été et occupaient une deuxième maison en altitude. 

 

102_1622

 

Au premier étage le balcon qui entoure la ferme, avec ici je pense, un établi qui était utilisé par le fermier pour travailler, faire des meubles, couper son bois.

 

102_1623

 

Depuis le premier étage, une vue sur Le Grand Bornand, ses chalets, son église. Une station que nous avons beaucoup aimée.

 

 

102_1631

Nous avons ensuite parcouru les différentes pièces de la ferme, avec leurs objets de tous les jours. Ici nous étions dans la cuisine où la famille était rassemblée pour les repas, les veillées.

 

 

102_1633

La chambre parentale, avec le lit du bébé, la machine à coudre Singer !

 

102_1639

 

 La salle commune où la fermière cousait, filait ...

 

102_1640

La salle où étaient entreposés les charrettes, les outils du fermier.

 

102_1653

 

Et enfin l'étable où les vaches, les poules, les moutons même, passaient l'hiver. Le moindre m2 était vraiment utilisé !
Nous avons quitté cette Maison du Patrimoine vraiment enthousiasmés. Ah, j'oubliais de dire qu'elle était classée Monument Historique depuis 2007, et franchement, elle le mérite.

 Résultat de recherche d'images pour "photos village chinaillon"

 

Nous avons ensuite quitté la Maison du Patrimoine,  en passant par Chinaillon, qui est le village d'où est "parti" l'actuel Grand Bornand, la station de ski moderne. C'est un hameau avec des maisons très anciennes, typiques, comme je les aime ! 

 

Résultat de recherche d'images pour "photos village chinaillon"

 

La petite église, des fermes d'un autre âge, tout nous ramène au début des années 1900, où la vie devait être très dure !

 

102_1659

Quelques petits chalets, un peu plus récents, plus modernes, mais dont les propriétaires doivent être amoureux des grands espaces, et allergiques aux grands stations ! Comme je les comprend.

 

102_1660

 

Tiens, en voilà un de chalet qui me plairait bien ! Pas très grand, mais il me suffirait largement ...

Nous sommes ensuite revenus à Forgeasoud, pour y passer notre dernière soirée. Et oui, cela passe vite une semaine, et j'avoue que nous avons été enchantés par notre séjour. Terminés donc mes billets sur la Haute-Savoie, du moins pour cette année. Merci pour vos messages !