J'ai remis tout dernièrement un ancien billet que j'avais mis sur le beau village de LA ROQUE SUR CEZE, histoire de vous faire patienter un peu ...  Tout dernièrement je suis revenue dans ce beau village avec une amie gardoise qui, bizarre, ne connaissais pas du tout ce village ni ses environs.  Et bien sur, comme d'habitude, j'ai pris quelques photos ...

 

La Roque sur Ceze est un tout petit village d'environ 180 habitants, perché sur son éperon rocheux. On y accède en passant par la D 166 (Route qui mène à Bagnols-sur-Cèze). Le village est classé "Plus beau village de France" depuis 2007, et c'est bien mérité !

 

 

 

 Tout en haut du village il y avait au départ une église qui datait du XIème siècle mais elle présentait de nombreuses lézardes et elle était devenue dangereuse.  Il était urgent d'en rebatir une nouvelle, plus facile d'accès pour les paroissiens. Les habitants participèrent à la construction du nouvel édifice qui  sera terminé en 1883, grâce aux relations du curé Polycarpe Hubac (1839-1910) curé du village, aidé par le maire de l'époque Ernest Roux. De nombreux habitants apportent leur contribution financière, et ne ménagent pas leur peine en offrant le travail de leurs bras.

 L’église, endommagée par le bombardement d’août 1944, sera restaurée une première fois après-guerre, puis en 2012, à l’initiative du maire Edmond Jouvenel et grâce à une souscription des habitants du village, toujours très attachés à leur église !

 Depuis  2012, l’association ASPR (Association de Sauvegarde du Patrimoine Roquairol) finance la restauration des tableaux et des statues grâce aux offrandes.

 

 

 

Et après avoir admiré la façade de l'église, qui était malheureusement fermée, nous avons arpenté les ruelles du village, toutes pavées comme beaucoup dans la région. Comme vous pouvez le constater, pas grand monde dans les rues. Nous étions un jour de semaine et les habitants étaient au travail ! 

Je trouve ce village magnifique, pourtant il faillit disparaître à jamais le 26 Août 1944, détruit par un bombardement aérien, pendant que les villes et villages alentours fêtaient la libération du pays. En effet l'aviation alliée avait intensifié ses attaques afin de désorganiser le repli de l'armée allemande en bombardant tous les ponts de la Vallée du Rhône. Plusieurs avions alliés ont ainsi lâché des bombes, quatre sur le village de La Roque, deux sur la rive gauche de la Cèse. Deux maisons furent entièrement détruites, ainsi que l'épicerie du village, l'église, et plusieurs bâtiments gravement endommagés. Il y eut deux morts ainsi que des blessés, bilan bien lourd pour un si petit village ...

 

 

Nous voici maintenant devant le lavoir du village qui, pour moi est magnifique ! Dans les années 1800, les femmes se plaignaient  car aller laver le linge dans la Cèze et remonter au village lourdement chargées, était une corvée pénible et épuisante. En 1841, le maire de l'époque, Benoit Camproux, suggère la création d’un lavoir, situé au-dessous de la fontaine approvisionnée par la source Font-Laure. Le Marquis Dédié de Grémian qui résidait au château décide d’offrir une grande partie de ses indemnités touchées en compensation des dégâts occasionnés par les crues de la Cèze. Devant cet acte de générosité, et, certainement poussés par leurs épouses, les contribuables du village décidèrent, bon gré mal gré, de l’imiter, finançant ainsi les travaux. Le lavoir sera terminé en 1843 ! Ouf, dirent ces dames ... Mais moi je préfère remercier la "Mère Denis" !!! Merci de ne pas rire ...

 

 

Nous continuons à déambuller dans les magnifiques ruelles, toutes fleuries, avec les maisons en pierre si belles, comme je les aime ! Le village est entièrement piétonnier et les maisons se serrent au pied du château, le long de calades aux noms pittoresques. J'ai noté le nom de la  rue "rompe-cul", qui porte bien son nom,  pour accéder au sommet du village. Morte de rire !

 

Les belles maisons en pierre sont habillées d'une  végétation méditerranéenne, lauriers roses, vignes vierges, cyprès, micocouliers... qui apportent aux ruelles des touches de couleurs dès le printemps.

Les noms de rue évoquent également le passé séricicole de la Roque-sur- Cèze : la traverse des mûriers, la rue de la magnanerie... et on trouve encore de nombreux mûriers, dont le rôle n'est aujourd'hui qu'ornemental, mais dont les feuilles nourrissaient les vers à soie au XVIIIe et XIXe siècles. Dernièrement j'ai mis un billet sur la maison des cousins à mon mari, "Can Parado" dans les Cévennes. Chez eux aussi il y avait beaucoup de muriers ... Malheureusement les clèdes sont tombées e ruines, ce qui désolait mon mari !

 

 

Je suis toujours en admiration devant ces ruelles très étroites, avec ces maisons enchevêtrées les unes dans les autres, avec de minuscules jardins qu'on ne voit pas depuis la rue ... Quel calme ici, quelle beauté. Vous l'avez compris, j'adooooore La Roque sur Ceze !

 

 

Là, par contre, nous devons être sur la "grand Place" !!! Un nom que j'ai imaginé, car j'ai trouvé qu'il y avait beaucoup plus d'espace que dans les rues environnantes. J'avoue que la maison à gauche, avec le beau portail, ne me déplairait pas. Il doit y avoir un jardin assez conséquent ... 

 

Allez, mon amie commence à fatiguer, nous descendons tout en bas du village en admirant toujours ces magnifiques façades qui dans des dizaines, que dis-je, des centaines d'années seront encore là ! 

 

 Nous voici maintenant devant le Pont Charles Martel, construit pour assurer le passage de la route reliant Uzès à Pont-Saint-Esprit Il a une longueur exceptionnelle de 155 m, supérieure à celle du pont de Bagnols, ou du pont Saint-Nicolas (tout près du Pont du Bard), sur le Gardon.

Le pont est bâti directement sur le rocher. Pour résister aux assauts des crues de la Cèze, cet ouvrage,  est doté de 12 arches en plein cintre. Sa solidité fut mise à rude épreuve lors de la crue de 2002 qui l’a partiellement submergé. Le pont a été restauré en 2014.

D’autres crues plus anciennes ont emporté les arches aux deux extrémités du pont. Les deux arches rive droite furent intégralement reconstruites en 1613, grâce à l’aide des États du Languedoc. Il semblerait que le début de la construction de ce pont remonte au XIIIe siècle, avec la participation des chartreux de Valbonne. Le pont était sous la garde du château féodal de La Roque fondé au XIIe siècle, époque à laquelle les familles de Sabran et de Gardies contrôlaient la seigneurie de La Roque, avec pour suzerain l’évêque d’Uzès.

Vous le savez tous, qui me suivez depuis des années, j'adore voyager, et j'ai fait de beaux voyages tant en France qu'à l'étranger. Maintenant, par la force des choses, je voyage moins, mais fait beaucoup de sorties, surtout dans le Sud de la France, mais je découvre toujours des coins merveilleux à visiter que je ne connaissais pas ! Bon La Roque je connaissais, mais mon amie Généracoise, non, et elle a beaucoup apprécié. Et je fais un petit coucou à mes amis Eric et Corine chez qui j'ai déjeuné ce midi (merci, merci pour ce bon repas !). Vous le savez, à deux pas de chez nous, il y a plein de petites merveilles, des pépites, qu'il ne faut pas louper ... Si vous voulez des tuyaux ou un guide, je suis là !!! 

 

 CASCADES SAUTADET 004

Bon, j'ai encore été très, très bavarde, on ne se refait pas ! Tout à côté de Laroque, se trouvent les fameuses Cascades du Sautadet dont j'ai mis des photos sur mon dernier billet. Je ne vais donc pas en parler plus, et juste deux photos, prises il y a quelques années. Le jeune homme que vous voyez là, c'est Sébastien, le fils de nos amis Didier et Faly. Ils étaient en vacances chez nous et nous leur avions fait découvrir un peu le pays ! Seb avait adoré les cascades et nous étions un peu inquiets car le connaissant comme nous le connaissions, nous nous sommes dit : "Il va sauter !"

 

 CASCADES SAUTADET 013

 

Et bien sur, c'est ce qu'il a fait ! Sacré Seb. Mais c'est un très bon nageur et il est bien remonté (mais n'est pas resté des heures dans l'eau quand même !).

Bon, terminé mon billet pour aujourd'hui ... J'en ai encore deux ou trois en préparation, mais le prochain surement pas avant la fin de la semaine, vous me connaissez ! Amitiés à vous tous.